• EN
  • FR
  • ES
  • IT
  • LV
  • RO
×
×

Présentation du projet CARER+

En 2030, près de 24% des européens devraient être âgés de plus de 65 ans, contre 17% en 2010, selon la Commission européenne. L’Union européenne souhaite apporter une réponse constructive au défi démographique présenté par le vieillissement de sa population. Dans ce cadre, le maintien à domicile des personnes avancées en âge, recevant l’aide d’Assistantes de vie (ADV) apparaît comme l’une des solutions à mettre en avant. La Commission européenne finance des projets pour encourager le développement de solutions novatrices pour l’inclusion sociale basée sur les outils numériques. IPERIA et la FEPEM ont présenté un projet dans ce sens au sein d’un consortium de 13 partenaires. Les nouvelles technologies peuvent entrer au service des personnes avancées en âge et faciliter leur maintien à domicile. Un accompagnement est toutefois nécessaire pour la prise en main de ces outils. Les ADV sont à même d’effectuer cet accompagnement.

Objectifs du projet

Le projet Carer+ a pour objectif d’identifier les compétences nécessaires pour maintenir les personnes âgées à domicile, par le développement notamment de parcours d’apprentissage et d’outils technologiques numériques permettant : d’une part d’apporter une réponse à l’isolement des personnes âgées mais aussi des outils pour les accompagner dans leur perte d’autonomie, et d’autre part, de former les salariés accompagnant ces personnes âgées aux nouvelles technologies

A travers l’expérimentation proposée et par l’acquisition de compétences numériques dans un cadre de professionnalisation, les ADV vont pouvoir améliorer la qualité de leur métier en apportant une dimension d’accompagnement et de facilitation sociale par l’utilisation des TIC au sein du domicile de leur employeur. Dans le même temps, ces acquisitions d’agilité numérique vont participer au renforcement de leur employabilité et de leur propre inclusion sociale.

Les personnes âgées, elles, vont bénéficier de nouvelles possibilités de communication avec leur famille et leur environnement. La relation de confiance avec leur salarié et leur qualité de vie s’en trouveront renforcées, ce qui participera à une amélioration de leur lien social, facteur de cohésion.

Le développement des compétences des assistants de vie est mis en œuvre en 4 grandes étapes :

  • Identification des compétences numériques;
  • Développement des programmes de formation et des ressources d’apprentissages;
  • Expérimentation entre binômes (ADV - Personnes âgées) à domicile avec une panoplie de solutions technologiques allant des tablettes Internet à des objets communiquants ; et
  • Développement d’un kit d’outils et ressources pratiques facilitant le transfert et l’appropriation dans d’autres contextes, régions ou pays membres.

Dimension technologique

L’expérimentation vise à créer un environnement technologique pour le développement personnel des personnes âgées et professionnel des ADV. Pour ce faire, des outils grand public comme les tablettes numériques pour des utilisateurs et des puces NFC, facilitant l’accès à des applications, seront testés.

En France, l’expérimentation sera menée via des binômes aidant/personne âgée avec trois scénarios d’équipement :

  • 40 ADV et 40 personnes âgées seront équipées de tablettes Androïd (dotées des lecteurs NFC qui permettront une interaction rapide sans avoir a utiliser l’ordinateurs), au format qui leur convient respectivement, soit des tablettes plus petites et portables pour les ADV et des tablettes offrant un meilleur confort de lecture  pour les personnes âgées.
  • Enfin 10 personnes âgées assistées et leurs 10 aidants non professionnels (proches) seront équipés de tablettes numériques. L’utilisation d’outils technologique plus simples (type smartphones…) sera un premier pas afin d’inclure ces personnes dans le numérique.

Par le biais de leurs tablettes, les ADV auront accès à des communautés de pratiques d’apprentissage et de professionnalisation par pays pilote, leur permettant d’échanger avec des collègues sur leur expérience commune et de rompre avec l’isolement professionnel trop souvent ressenti dans ce corps de métier.

Les résultats

Les résultats clés du projet seront :

  • Un référentiel de compétences numériques pour les métiers en transtion d’aide et d’assistance de vie;
  • Des parcours et des ressources d’apprentissage modulaires produits en 6 langues, disponibles dans une banque en ligne de ressources éducatives ouvertes.
  • Une plateforme d’apprentissage dédiée, ainsi que des réseaux sociaux, avec l’ambition de devenir des communautés de pratiques pour les assistants de vie par pays participants à l’expérimentation.
  • Un rapport d’évaluation d’impact de l’expérimentation, analysant les effets de l’introduction des TIC au domicile ainsi que les usages déployés par le binôme Assistant de vie-Personne avancée en âge;
  • Un kit de déploiement des outils et ressources développé pour favoriser le transfert et l’appropriation.

Territoires concernés par le projet

Le projet réunit 13 partenaires situés dans 8 pays de l’Union européenne : France, Belgique, Autriche, Italie, Royaume Uni, Roumanie, Lettonie et Espagne.

L’expérimentation débutera en mars 2014. Elle aura lieu selon une approche régionale dans cinq pays membres de l’UE : la France, l’Espagne, l’Italie, la Lettonie et la Roumanie. En France, celle-ci se déroulera dans deux zones géographiques : les Alpes-Maritimes et la région parisienne.

Populations cibles

Le projet vise à améliorer la qualité de vie des assistants de vie, des aidants familiaux ainsi que des personnes avancées en âge en situation de perte d’autonomie.  Il impliquera à court terme 500 personnes en Europe, organisées en binômes.

Quatre groupes cibles bénéficient de l’action :

  • Les utilisateurs finaux, salariés, personnes en perte d’autonomie et leurs familles, que nous accompagnerons dans le développement des usages afin de mieux répondre à leur besoin d’inclusion sociale.
  • Les organismes de formation qui pourront accéder à des ressources de qualité pour améliorer la formation et la certification des professionnels du secteur.
  • Les décideurs politiques et institutionnels, qui pourront prendre conscience de l’importance des TIC dans la professionnalisation des intervenants à domicile et dans l’amélioration de la prise en charge des personnes avancées en âge.
  • La communauté scientifique.

Partenaires

Le consortium CARER+ réunit un groupe d’organisations qui œuvre pour le maintien dans l’autonomie et à domicile des personnes avancées en âge. Pour la France, les chefs de file sont IPERIA l’Institut et la FEPEM :

  • IPERIA est en charge de la conception et mise en œuvre des expérimentations, de l’innovation sur le terrain au plus près des acteurs. IPERIA centre son action sur le développement des contenus et des usages.
  • La FEPEM joue un rôle d’impulsion, d’animation, de valorisation et d’encouragement de toutes les parties prenantes impliquées dans l’agenda de la professionalisation des emplois de la famille et en particulier des assistants de vie.

Historique et durée du projet

CARER+ est une réponse d’IPERIA au 5e appel à propositions du Programme pour la compétitivité et l'innovation 2011. Il s’insère dans dans l’objectifif 3.2 Developpement des compétences numériques et inclusion sociale.

Le projet a commencé en mars 2012. Il a une durée de trois ans (2012-2015).

Le projet est co-financé par l’Union européenne, dans le cadre du Programme pour la compétitivité et l'innovation, Programme d'appui stratégique en matière de technologies de l'information et de la communication (TIC). Le budget total du projet est de 3,9 millions d'euros financé à hauteur de 50%.

Modalités d’évaluation

L’évaluation du projet se fait à deux niveaux. D’une part, par  l’évaluation interne des processus et résultats, produits selon un cahier de charges établissant des critères de qualité bâtis d’après l’analyse des besoins et des attentes des parties prenantes. D’ autre part, par l’évaluation externe des produits clés du projet. À cet effet, le projet a créé un comité d’utilisateurs, experts et parties prenantes composé de 60 membres répartis sur les 27 pays membres de l’UE. 10 membres du comité, élus en fonction de leur expertise dans le domaine, se réuniront chaque semestre à Bruxelles pour participer à des ateliers de travail dont les conclusions seront rendues publiques et intégrées pour l’amélioration des résultats produits.

Une autre dimension de l’évaluation est l’appréciation de l’impact de l’action. Des indicateurs internationaux permettront de mesurer la qualité de vie des populations cibles et de faire remonter les résultats obtenus, afin de faire progresser le développement des compétences numériques dans l’agenda politique face au défi du maintien à domicile. Il s’agit d’assurer une pérennité des  actions lancées par le projet, au-delà du financement européen.