×
×

France

General information
Información General
Informations générales
Informazioni generali
Vispārīgā infromācija
Informații generale
Education and work of social carers
Educación y trabajo de cuidadores/as sociales
Formation et conditions de travail des ADV
Formazione e condizioni di lavoro delle assistenti familiari
Aprūpētāju izglītība un darbs
Educația și munca îngrijitorilor la domiciliu
Cuidados de larga duración y situación de los/as trabajadores/as sociales
L'accompagement de longue durée et les ADV
Assistenti familiari e assistenza domiciliare
Ilglaicīgā aprūpe un sociālo darbinieku situācija
Îngrijirea pe termen lung și îngrijitorii la domiciliu
Long-term care and social workers
Social protection system of elderly people in general
Sistema de protección social para las personas mayores en general
Système de protection sociale pour les personnes agées
Il sistema dell'assistenza socio-sanitaria alla popolazione anziana
Vecu cilvēku sociālās aizsardzības sistēma
Sistemul de protecție socială a persoanelor în vârstă, în general
Computer and Internet skills of the general population
Competencias informáticas y de internet de la población general
Maîtrise de l'informatique et d'Internet de la population dans son ensemble
Competenze informatiche e digitali
Vispārējās iedzīvotāju datoru un interneta prasmes
Competențele legate de utilizarea calculatorului și a internetului ale populației în general
  • Informations générales

    Pays

     

    France

    Population totale

    2012

    63 409 191

    Proportion de la population

     

     

    Agée de 65 à 79 ans

    2001

    12,1%

     

    2012

    11,6%

    Agée de 80 ans et plus

    2001

    3,8%

     

    2012

    5,5%

    Taux de dépendance des personnes âgées

    1990

    Non applicable

     

    2001

    24,5

     

    2012

    26,6

    Projections relatives au taux de dépendance des personnes âgées

    2020

    32,71

     

    2030

    39,06

    Espérance de vie à la naissance, en années

    2011

     

    Hommes

     

    78,7

    Femmes

     

    85,7

    Espérance de vie à 65 ans, en années

    2011

     

    Hommes

     

    19,3

    Femmes

     

    23,8

    Espérance de vie en bonne santé à la naissance

    2011

     

    Hommes

     

    62,7

    Femmes

     

    63,6

    Durée d'activité professionnelle, en années

    2011

     

    Hommes

     

    36,1

    Femmes

     

    32,3

     

     

    41,5%

     

  • La formation et le métier d'Auxiliaire De Vie

    Pays

    France

    La gestion et l'organisation globale de la formation des travailleurs sociaux dans ce pays relève de la compétence

    En France, on peut accéder à l'éducation et à la formation tout au long de sa vie. On distingue la formation initiale (à l'école, pour les élèves et les étudiants) de la formation continue professionnelle (tout au long de la vie professionnelle).

    L'Etat, les régions et les partenaires sociaux (dont IPERIA) travaillent ensemble à l'élaboration de la politique de formation professionnelle.

    Financement de la formation des travailleurs sociaux

    Les financements provenant de l'Etat sont moyennement importants ; ceux provenant des conseils régionaux ainsi que des organismes philanthropiques sont, quant à eux, faibles. La formation du personnel soignant est financée par les employeurs, qui versent des contributions à des organismes paritaires collecteurs agréés (OPCA). Ces organismes prennent alors en charge le financement de la formation professionnelle des auxiliaires de vie. Si l'auxiliaire de vie est sans emploi, sa formation peut être financée par l'Etat par l'intermédiaire du Pôle Emploi (Agence française pour l'emploi).

    Droit à l'éducation des travailleurs sociaux dans le pays

    La personne doit être âgée de 17 ans au minimum. les résidents étrangers doivent posséder une carte de séjour valide. Ces restrictions s'appliquent  seulement à l'EFP. Il n'existe pas de restriction pour la formation initiale à l'école.

    L'organisation de la formation continue des travailleurs sociaux dans ce pays relève de la compétence

    Il n'existe pas de diplôme de l'enseignement supérieur pour les auxiliaires de vie. Les étudiants peuvent bien sûr suivre des études de sciences humaines à l'université puis s'orienter vers un métier dans le domaine des soins, mais ce n'est en général pas la voie choisie.

    Financement de la formation continue des travailleurs sociaux

    La formation continue en tant que telle n'existe pas. On parle plutôt d'EFP.

    Nombre d'étudiants en travail social dans ce pays

    Le nombre d'étudiants de niveau collège et dans les formations courtes n'est pas suffisant ; il n'existe pas ce type d'étudiants à d'autres niveaux. En raison de l'accélération du vieillissement de la population, le besoin en personnel soignant qualifié est en augmentation. Dans ce secteur d'activité, la demande est potentiellement élevée mais il n'y a pas assez d'étudiants pour répondre à cette demande.

    La gestion et la mise en œuvre globales du Partenariat européen d'innovation pour le vieillissement actif et en bonne santé (EIPAHA) dans ce pays relève de la compétence du

     

    Aucune information

    Ressources principales pour le financement du Partenariat européen d'innovation pour le vieillissement actif et en bonne santé

    Aucune information

    Niveau d'études minimum requis pour devenir travailleur social dans ce pays

    Les personnes ayant suivi des formations professionnelles courtes et les étudiants des formations en travail social peuvent travailler librement comme auxiliaires de vie. Les travailleurs sociaux ayant un niveau collège ou école élémentaire peuvent travailler mais sous supervision. Pour devenir auxiliaire de vie, un diplôme ou une formation (professionnelle) certifiante est généralement nécessaire. Cependant, il est également possible d'obtenir une certification en validant ses acquis d'expérience professionnelle, auquel cas la certification seule suffit et aucun niveau d'études minimum n'est requis.

    Niveau de compétences en TIC requis pour accéder aux professions du travail social

    Les compétences en TIC sont souhaitées mais ne sont pas obligatoires

    Conditions applicables à la profession de travailleur social (personnel soignant) dans ce pays

    Depuis 2002, le Répertoire National des certifications Professionnelles définit précisément le périmètre d'activité d'une profession.   Il a pour objet de tenir à la disposition des personnes et des entreprises une information constamment à jour sur les diplômes et les titres à finalité professionnelle ainsi que sur les certificats de qualification figurant sur les listes établies par les commissions paritaires nationales de l'emploi des branches professionnelles. Il contribue à faciliter l'accès à l'emploi, la gestion des ressources humaines et la mobilité professionnelle. Les certifications enregistrées dans le répertoire sont reconnues sur l'ensemble du territoire national. Le répertoire national n'enregistre que les qualifications réelles. En 2009, IPERIA a soumis une certification qui a été acceptée. Dorénavant, un auxiliaire de vie est une personne ayant des compétences certifiées et qui réalise des tâches clairement définies (préparation de repas, tâches ménagères, aide aux démarches administratives; pas de soins de santé).

    Fonctionnement du secteur des soins dans ce pays

    Chargée de la promotion du développement et de la qualité du secteur des services à la personne, l'agence nationale des services à la personne est un établissement public à caractère administratif  créé par le décret du 14 octobre 2005, en application de la loi du 26 juillet 2005. Aujourd'hui, elle est sous la tutelle du Ministère du Travail, de l'Emploi, et du Dialogue Social et du Ministère de l'Artisanat, du Commerce, et du Tourisme. C'est l'interlocuteur privilégié des acteurs du secteur et le garant du bon fonctionnement des procédures administratives, ce qui facilite le développement des services à la personne.

    Il existe trois types d'aides à domicile pour les personnes âgées :

    • les auxiliaires de vie directement embauchés par les particuliers,
    • les auxiliaires de vie embauchés par des organismes de services à la personne,
    • les auxiliaires de vie travaillant pour des établissements de soins privés.

    Une convention collective, différente pour chacune de ces catégories, définit le cadre de la profession. De plus, l'arrêté du 22 Octobre 2005 relatif à la formation conduisant au diplôme d'Etat d'aide-soignant et l'arrêté du 8 Février 2007 le modifiant, définissent le cadre d'intervention des aides soignants.

    Droits individuels du personnel soignant à l'enseignement et à la formation professionnels (EFP) dans ce pays

    En France, un auxiliaire de vie bénéficie automatiquement d'un crédit de 40 heures de formation quand il commence à travailler. Il bénéficie ensuite du « Droit individuel à la formation », représentant jusqu'à 20 heures par an, cumulables pendant 6 ans et dans une limite de 120 heures au total. Le salarié peut utiliser son droit individuel à la formation quand il le souhaite mais doit obtenir l'accord de son employeur. Ces crédits d'heures de formation sont financés par des organismes paritaires collecteurs agréés auxquels les employeurs versent l'argent au préalable.

    Cadre légal de la formation du personnel soignant  dans ce pays

    L'arrêté du 22 Octobre 2005 relatif à la formation conduisant au diplôme d'Etat d'aide-soignant et l'arrêté du 8 Février 2007 le modifiant, définissent le cadre d'intervention des aides soignants.

     De plus, la convention collective pour les personnes salariées par les particuliers employeurs définit le cadre professionnel des personnes embauchées par un particulier.

    La convention collective de la branche de l'aide, de l'accompagnement, des soins et des services à domicile définit le cadre des salariés d'organismes de services à la personne. La convention collective des établissements privés d'hospitalisation et de soins  définit le cadre professionnel des salariés des établissements de soins privés.

    Possibilités d'accéder à l'EFP pour le personnel soignant  dans ce pays

    IPERIA produit un catalogue, largement diffusé, répertoriant les modules de formation destinés aux auxiliaires de vie. Les auxiliaires de vie ont la possibilité de choisir l'une des formations parmi les 232 proposées (en 2013) dans les centres de formation accrédités IPERIA.

    Certification du personnel soignant dans ce pays

    Depuis 2002, le Répertoire National des certifications Professionnelles définit précisément le périmètre d'activité d'une profession.   Il a pour objet de tenir à la disposition des personnes et des entreprises une information constamment à jour sur les diplômes et les titres à finalité professionnelle ainsi que sur les certificats de qualification figurant sur les listes établies par les commissions paritaires nationales de l'emploi des branches professionnelles. Il contribue à faciliter l'accès à l'emploi, la gestion des ressources humaines et la mobilité professionnelle. Les certifications enregistrées dans le répertoire sont reconnues sur l'ensemble du territoire national. Le répertoire national n'enregistre que les qualifications réelles. En 2009, IPERIA a soumis une certification qui a été acceptée. Pour obtenir la certification d'auxiliaire de vie, vous devez suivre une formation dans l'un des centres certifiés IPERIA (521 heures de formation) ou faire valider les acquis de votre expérience professionnelle. Dans les deux cas, vous devez soutenir votre projet devant un jury d'IPERIA.

    Système de validation des acquis de l'expérience dans ce pays

    Une personne justifiant d'au moins 3 ans d'expérience au cours des cinq dernières années peut constituer un dossier de certification professionnelle et le soutenir devant un jury. Ce jury peut décider de valider partiellement ou totalement votre demande en fonction des compétences du candidat.  Le cas échéant, il définira les modules restant à acquérir par le candidat pour obtenir la certification intégralement. 

    Evaluation de la situation du personnel soignant sur le marché du travail dans ce pays

    Les besoins en auxiliaires de vie qualifiés et expérimentés sont importants. Néanmoins, le nombre de personnes réellement embauchées reste limité étant donné la faible solvabilité des employeurs dans ce secteur. Les personnes âgées vivent de leurs pensions, souvent modestes et ne permettant pas de rémunérer un auxiliaire de vie. La difficulté à trouver les fonds nécessaires pour payer un auxiliaire de vie est un frein à l'embauche. Ce phénomène est, de plus, aggravé par la crise actuelle.

    Evaluation de la participation de ce pays à la collaboration européenne dans le secteur des soins aux personnes âgées

    Cette collaboration pourrait être bien plus étroite mais le système français est si particulier (au niveau de l'emploi, la règlementation, le financement de la formation par les employeurs, etc.) qu'il est difficile de le reproduire ailleurs. Ainsi, même si la France est considérée comme un modèle à suivre par beaucoup de ses homologues européens, sa collaboration dans ce domaine au niveau européen reste faible.

    Description générale du statut professionnel du personnel soignant dans ce pays

    0,5 millions de personnes travaillent au domicile de personnes âgées, parmi lesquelles :

    98% sont des femmes

    37%> 50 ans

    Age moyen : 47 ans

    Niveau de qualification :

    • 62,1% n'ont aucune qualification
    • 21,2% ont un DEAVS ou un diplôme équivalent
    • 7,8% sont des diplômés du secteur médico-social
    • auxiliaire de vie : 33,2%
    • 1,4% ont un diplôme du secteur agricole ou des services à la personne.

    Emploi :

    • 16,9% des salariés sont embauchés directement par le particulier,
    • 37% des employés sont salariés sont d'une entreprise,
    • 32,3% employés sont salariés d'une association.

    Description du lieu de travail du personnel soignant dans ce pays

    L'aide à domicile des personnes âgées est assurée par trois différents types d'auxiliaires de vie :

    • des auxiliaires de vie employés directement par les particuliers. Le lieu de travail de ces auxiliaires de vie est le domicile de leur employeur.
    • des auxiliaires de vie salariés d'organismes de services à la personne,
    • des auxiliaires de vie travaillant pour des établissements de soins privés

    Les emplois du secteur de l'aide à domicile et de l'accompagnement aux personnes âgées en France sont les suivants :

    • aidant salarié directement par la famille  (emploi direct, auxiliaire de vie payé par un particulier),
    • aidant salarié par les associations de services,
    • aidant salarié par une entreprise de services à la personne,
    • aidant familial bénévole,
    • auxiliaire de vie salarié par un prestataire de services du secteur public ou privé (relevant du domaine des services d'aide à domicile mais dont une partie recoupe les services d'accompagnement et de soins à domicile).

    Exigences concernant la personnalité des candidats au métier d'aidant (stabilité émotionnelle, condition physique, addiction à la nicotine, etc.)

    Aucune exigence particulière.

     

    Exigences concernant les immigrés candidats au métier d'aidant

    Aucune exigence autre que pour n'importe quel auxiliaire de vie. Seule une carte de séjour est exigée.

    Règlementation professionnelle du métier d'aidant dans ce pays

    • Durée de travail : La durée de travail conventionnelle à plein temps pour un auxiliaire de vie est de 40 heures hebdomadaires. Les heures supplémentaires ouvrent droit à une majoration de salaire de 25% pour les 8 premières heures et de 50% pour les heures suivantes.
    • Périodes et jours de repos : Un jour de repos hebdomadaire doit être précisé dans le contrat. Il est donné de préférence le dimanche. 
    • Travail de nuit : Le travail de nuit est  compatible avec le travail de jour.  Il peut être prévu dans le contrat que le salarié dorme aussi sur place, sans travail effectif, mais en étant tenu d'intervenir éventuellement dans le cadre de sa fonction. Cette présence de nuit de l'auxiliaire de vie ne peut pas dépasser 5 nuits consécutives.

     

    • Congés : Congés payés correspondant à 2,5  jours ouvrables par mois.
    • Congés maladie, congés maternité : Les  auxiliaires de vie bénéficient des mêmes congés maladie ou maternité que les autres salariés conformément au Code du travail.
    • Allocations chômage : Les auxiliaires de vie ont droit aux mêmes allocations chômage que les autres salariés conformément au Code du travail.
    • Mêmes allocations chômage que les autres salariés conformément au Code du travail.

    Principes du système de paiement des aidants

    Concernant la rémunération des auxiliaires de vie : le salaire minimum est fixé à partir de la grille de salaires figurant dans la convention collective, où il est précisé que le salaire minimum ne doit jamais être inférieur au SMIC. Les particuliers employeurs bénéficient d'avantages fiscaux et d'une exonération de cotisations sociales.

    Les particuliers employeurs bénéficient également de chèques emploi-service universels (CESU) et de l'allocation personnalisée d'autonomie  (APA).

    Avantages en nature des aidants (téléphone, frais de déplacement remboursés, réductions, etc.)

    Aucun.

     

    Motivation de travailler dans le secteur des soins

    Cette motivation fait actuellement l'objet d'une étude (FEPEM). Pour la vaste majorité d'entre eux (88%),  les auxiliaires de vie ont occupé auparavant un emploi différent, sans lien avec le secteur des soins. Il a été démontré que de nombreuses personnes deviennent auxiliaires de vie suite à un licenciement ou une instabilité professionnelle. L'envie d'aider les autres n'est pas ce qui motive les auxiliaires de vie au début de leur vie professionnelle. A ce sujet, il ressort trois motivations différentes, citées environ par le même nombre de personnes :

    • envie de relationnel, et intérêt pour la profession ;
    • besoin d'argent ;
    • hasard, opportunité.

    Durée moyenne d'occupation d'un emploi dans le secteur des soins

    Conclusion de l'étude la FEPEM : malgré l'accès à la profession d'auxiliaire de vie tard dans la vie et les difficultés liées à cette activité, les auxiliaires de vie n'envisagent pas de changer d'activité professionnelle dans les années à venir (80%). 75% d'entre eux pensent rester auxiliaires de vie jusqu'à la retraite. A noter : une vaste majorité d'auxiliaires de vie souhaitent voir une évolution de leur carrière et suivre des formations.

     

  • Soins de longue durée et condition des travailleurs sociaux

    Pays

    France

    Organe responsable de la gestion globale du secteur des travailleurs sociaux dans le pays

    Chargée de la promotion du développement et de la qualité du secteur des services à la personne, l'agence nationale des services à la personne est un établissement public à caractère administratif  créé par le décret du 14 octobre 2005, en application de la loi du 26 juillet 2005. Aujourd'hui, elle est sous la tutelle du Ministère du Travail, de l'Emploi, de la Formation Professionnelle et du Dialogue Social et du Secrétariat d'Etat du Commerce, de l'Artisanat, des PME, du Tourisme, des services, des professions libérales et de la protection des consommateurs. L'agence a pour mission :

    • de permettre aux acteurs du secteur d'identifier les autres acteurs grâce à une référence unique ;
    •  d'assurer le bon fonctionnement et l'efficacité des procédures administratives, facilitant ainsi le développement des services à la personne.

    Soins de longue durée

    Principes de base

    Majoration pour aide d'une tierce personne. Majoration de la pension d'invalidité, la pension de vieillesse ou de la rente accident du travail, financée par les cotisations.

    Allocations familiales universelles, financées par les cotisations et par une partie de la CSG (contribution sociale généralisée). Prestation de compensation du handicap et allocation personnalisée d'autonomie.

    Aide universelle visant à financer les besoins liés à la perte d'autonomie des personnes âgées ou handicapées. 

    Financement par la contribution solidarité autonomie, une partie de la CSG, et les cotisations de la caisse de retraite et d'assurance maladie.

    Soins de longue durée

    Champ d’application

    Majoration pour aide d'une tierce personne :

    - bénéficiaires de la pension d'invalidité, de la pension de vieillesse (sous certaines conditions) ou de la rente accident du travail.

    Prestation de compensation du handicap :

    - personnes handicapées résidant en France et dont le handicap répond à des critères définis.

    Allocation personnalisée d'autonomie :

    - personnes âgées résidant en France en perte d'autonomie.

    Organisation des soins de longue durée

    Aidants naturels et professionnels

    Prestataires professionnels :

    - majoration pour aide d'une tierce personne,

    - prestation de compensation du handicap,

    - allocation personnalisée d'autonomie

    - Emplois directs et indirects : les sommes allouées peuvent servir à rémunérer les aides à domicile agréées.

    Aidants naturels :

    - majoration pour aide d'une tierce personne,

    - Complément de l’allocation d’éducation de l’enfant handicapé ou prestation de compensation  du handicap : les sommes allouées peuvent être utilisées pour rémunérer le conjoint/la conjointe, le concubin/la concubine ou la personne ayant conclu un pacte civil de solidarité (PACS) avec le bénéficiaire.

    - allocation personnalisée d'autonomie,

    - possibilité d'employer un ou plusieurs membres de la famille à l'exception du conjoint, concubin ou de la personne avec qui le bénéficiaire s'est pacsé.

    Soins de longue durée

    Indemnités aux aidants

    L'aidant salarié a droit aux mêmes allocations que les autres salariés.

    Le bénéficiaire de l'allocation peut bénéficier de prestations de services à domicile proposées par des organismes spécialisés (services mis en place par la municipalité, par des associations agréées par l'Etat ou par d'autres organismes).

    Il peut choisir de rémunérer ces organismes avec des chèques emploi service universel (CESU), et décider d'être employeur direct ou par procuration.

    Soins de longue durée

    Participation de l'usager

    Les montants et les tarifs des éléments constituant la prestation de compensation du handicap et de l'allocation personnalisée d'autonomie sont fixés en fonction de la nature des dépenses. Leur taux de prise en charge varie en fonction des ressources de la personne âgée ou handicapée.

     

     

  • Système de protection sociale des personnes âgées

    Pays

    France

    PIB aux prix du marché Standard de Pouvoir d'Achat par habitant - 2011

    27 200

    Part des dépenses de retraite en % du PIB - 2010

    13,5%

    Part des dépenses de soins aux personnes âgées en % du PIB - 2008

    0,4%

    Taux de risque de pauvreté, pour la tranche d'âge des 65 ans et plus - 2011

    9,7%

    Pensions de vieillesse

    Principes de base

    Régimes d'assurance maladie de base et complémentaire obligatoires, financés par des cotisations servant à payer les pensions de retraite, dont le montant est proportionnel au montant des cotisations versées et à la durée d'affiliation.

    Pensions de vieillesse

    Age légal de la retraite -cas général

    Régime général des salariés (Régime général d'assurance vieillesse des travailleurs salariés, RGAVTS):

    • Si la personne justifie d'une durée d'assurance minimale (soit le nombre de trimestres cotisés nécessaire) : l'âge minimal est de 60 ans pour les personnes nées avant le 1er juillet 1951. L'âge de la retraite augmente de 5 mois par année de naissance, ce qui le reporte à 62 ans pour les personnes nées à partir de 1955.
    • Si la personne n'a pas cotisé le nombre de trimestres nécessaires : l'âge minimal est fixé à 65 ans pour les personnes nées avant le 1er juillet 1951 et augmente progressivement par année de naissance, repoussant cet âge minimum à 67 ans pour les personnes nées à partir de 1955.
    • Régimes complémentaires pour les salariés du secteur privé (ARRCO) et les cadres (AGIRC) : entre 65 et 67 ans, ou attester avoir obtenu sa retraite de base au taux plein.

    Systèmes de financement des pensions de vieillesse

    Cotisations (salariés et employeurs), cotisations spéciales et participation des pouvoirs publics.

    Aides sociales destinées aux seniors sans emploi

    Allocation spéciale FNE (Fonds national de l'emploi) de préretraite : garantit aux seniors ayant été licenciés un revenu de remplacement jusqu'à l'âge de la retraite. Ce dispositif est fermé depuis le 10 Octobre 2011.

    L'allocation transitoire de solidarité (ATS) : mise en place pour atténuer les conséquences des réformes concernant l'âge minimum de la retraite, elle est versée aux demandeurs d'emploi n'ayant pas atteint l'âge de la retraite mais justifiant des trimestres requis pour bénéficier d'une retraite à taux plein. L'ATS remplace l'AER (Allocation équivalent retraite, AER) pour la période allant du 1er juillet  2011 et le 31 décembre 2014.

    Systèmes de financement des aides à long-terme

    Dans le cas d'allocations d'aides aux personnes

    Financement par les cotisations de la population active (par répartition)
     

    Système de santé

    Principes de base

    Régime de sécurité sociale obligatoire tenant compte à la fois  des critères professionnels et du lieu de résidence. Il est financé par les cotisations sociales et les cotisations spéciales. 

    Système de santé

    Remboursements des  prothèses, lunettes, appareils auditifs

    Régime général d'assurance maladie des travailleurs salariés (RGAMTS) :
    Remboursement à hauteur de 60% sur la base de tarifs officiels, variables selon l'âge et l'handicap. Pour des appareillages importants, remboursement à 100% des tarifs établis après accord préalable de la caisse maladie.

     

  • Maîtrise de l'informatique et d'Internet de la population dans son ensemble

    Pays

     

    France

    Utilisation d'un ordinateur

     

     

    Absence d'ordinateur non voulue

    2011

     

    Adulte de 65 ans ou plus. Ne peut en assumer le coût

     

    5,3%

    Compétences numériques

    2012

     

    % de personnes sachant copier ou déplacer un fichier ou un dossier

     

    70,0%

    % de personnes sachant faire un "copier-coller" pour dupliquer ou déplacer des informations sur  l'écran

     

    71,0%

    % de personnes sachant compresser des  fichiers

     

    42,0%

    Méthode d'acquisition de compétences numériques

    2011

     

    % de personnes ayant acquis des compétences informatiques par eux-mêmes (apprendre en faisant)

     

    66,0%

    Pourquoi les individus n'ont jamais suivi de formation informatique

    2011

     

    Ils n'en ont pas besoin car ils ont suffisamment de  compétences en informatique

     

    40,0%

    Ils n'en ont pas besoin car ils n'utilisent que rarement un ordinateur

     

    11,0%

    Utilisation d'Internet

     

     

    Fréquence de connexion à Internet :

    2012

     

    Une fois par semaine (quelque soit le jour)

     

    78,0%

    Tous les jours

     

    65,0%

    Utilisation d'Internet pour

    2012

     

    L'utilisation de services bancaires en ligne

     

    54,0%

    La communication avec les administrations  (au cours des12 derniers mois)

     

    61,0%

    Accès à Internet par ordinateur portable

     

     

    Tous les jours ou presque tous les jours

     

    13,0%

    Niveau des compétences Internet individuelles

    2011

     

    % de personnes sachant utiliser un moteur de recherche pour chercher des informations

     

    77,0%

    % de personnes sachant envoyer un e-mail avec des pièces jointes

     

    69,0%

    % de personnes sachant poster des messages sur des sites de messagerie instantanée, des  newsgroups ou des forums de discussion en ligne

     

    32,0%

    % de personnes sachant utiliser Internet pour passer un appel téléphonique

     

    35,0%

    % de personnes utilisant Internet pour effectuer des recherches liées à des questions de santé

     

    36,0%

    Inquiétudes relatives aux problèmes éventuels liés à l'utilisation d'Internet

    2010

     

    Craintes importantes d'attraper un virus ou toute autre infection sur son ordinateur (ver, cheval de Troie...) ayant pour résultat la perte d'informations ou de temps

     

    31,0%

    Craintes modérées d'attraper un virus ou toute autre infection sur son ordinateur (ver, cheval de Troie...) ayant pour résultat la perte d'informations ou de temps

     

    29,0%

    Aucune crainte d'attraper un virus ou toute autre infection sur son ordinateur (ver, cheval de Troie...) ayant pour résultat la perte d'informations ou de temps

     

    17,0%

    Problèmes liés à la sécurité rencontrés sur Internet utilisé à des fins personnelles durant les 12 derniers mois.

    2010

     

    Propagation d'un virus ou autre infection informatique (par exemple, un ver ou un cheval de Troie...), ayant pour résultat la perte d'informations ou de temps

     

    27,0%

    Perte financière due à des messages reçus frauduleux ("phishing") ou à une redirection vers des faux sites web demandant des renseignements personnels ("pharming")

     

    0,0%

    Activités non réalisées par Internet à cause d'inquiétudes liées à la sécurité

    2010

     

    % de personnes ne passant pas de commandes d'articles ou de services à usage personnel du fait d'inquiétudes liées à la sécurité

     

    23,0%

    % de personnes ne communiquant pas avec les services ou administrations du fait d'inquiétudes liées à la sécurité

     

    7,0%

    Utilisation et mise à jour de logiciels informatiques de sécurité ou d'outils pour la protection de son ordinateur  et de ses données

    2010

     

    % de personnes utilisant un logiciel de sécurité ou des outils (anti-virus, anti-spam, pare-feu, etc.) pour protéger leur ordinateur et leur données personnels

     

    69,0%

    % de personnes n'utilisant pas de logiciel de sécurité ni d'outils (anti-virus, anti-spam, pare-feu, etc.) pour protéger leur ordinateur et leur données personnels

     

    5,0%

    % de personnes ne sachant pas si elles disposent d'un logiciel de sécurité ou des outils (anti-virus, anti-spam, pare-feu, etc.) pour protéger leur ordinateur et leur données personnels

     

    1,0%

    Fréquence des copies ou fichiers de sauvegarde de l'ordinateur sur un périphérique de stockage externe, quel qu'il soit

    2010

     

    Fréquence des copies/fichiers de sauvegarde : toujours ou presque  toujours

     

    21,0%

    Fréquence des copies/fichiers de sauvegarde : jamais ou quasiment jamais

     

    23,0%

    Evaluation des compétences informatiques et internet des auxiliaires de vie dans ce pays

     

    Faible en général