×
×

Hongrie

General information
Información General
Informations générales
Informazioni generali
Vispārīgā infromācija
Informații generale
Education and work of social carers
Educación y trabajo de cuidadores/as sociales
Formation et conditions de travail des ADV
Formazione e condizioni di lavoro delle assistenti familiari
Aprūpētāju izglītība un darbs
Educația și munca îngrijitorilor la domiciliu
Cuidados de larga duración y situación de los/as trabajadores/as sociales
L'accompagement de longue durée et les ADV
Assistenti familiari e assistenza domiciliare
Ilglaicīgā aprūpe un sociālo darbinieku situācija
Îngrijirea pe termen lung și îngrijitorii la domiciliu
Long-term care and social workers
Social protection system of elderly people in general
Sistema de protección social para las personas mayores en general
Système de protection sociale pour les personnes agées
Il sistema dell'assistenza socio-sanitaria alla popolazione anziana
Vecu cilvēku sociālās aizsardzības sistēma
Sistemul de protecție socială a persoanelor în vârstă, în general
Computer and Internet skills of the general population
Competencias informáticas y de internet de la población general
Maîtrise de l'informatique et d'Internet de la population dans son ensemble
Competenze informatiche e digitali
Vispārējās iedzīvotāju datoru un interneta prasmes
Competențele legate de utilizarea calculatorului și a internetului ale populației în general
  • Informations générales

    Pays

     

    Hongrie

    Population totale

    2012

    9 957 731

    Proportion de la population

     

     

    Agée de 65 à 79 ans

    2001

    12,4%

     

    2012

    12,7%

    Agée de 80 ans et plus

    2001

    2,7%

     

    2012

    4,2%

    Taux de dépendance des personnes âgées

    1990

    20

     

    2001

    22,2

     

    2012

    24,6

    Projections relatives au taux de dépendance des personnes âgées

    2020

    29,98

     

    2030

    33,57

    Espérance de vie à la naissance, en années

    2011

     

    Hommes

     

    71,2

    Femmes

     

    78,7

    Espérance de vie à 65 ans, en années

    2011

     

    Hommes

     

    14,3

    Femmes

     

    18,3

    Espérance de vie en bonne santé à la naissance

    2011

     

    Hommes

     

    57,6

    Femmes

     

    59,1

    Durée d'activité professionnelle, en années

    2011

     

    Hommes

     

    31,8

    Femmes

     

    27,4

     

     

    35,8%

     

  • La formation et le métier d'Auxiliaire De Vie

    Pays

    Hongrie

    La gestion et l'organisation globale de la formation des travailleurs sociaux dans ce pays relève de la compétence

    Les fonctions du Ministère des Ressources Nationales recouvrent les domaines suivants : (1) les affaires sociales, (2) le travail, (3) la santé, (4) la culture, (5) l'éducation, (6) le sport, (7) la société civile et la religion. Pour cette raison, la formation des travailleurs sociaux relève de la compétence de la même administration centrale ou du même ministère.

    Il existe cependant de nombreuses institutions rattachées au ministère et qui l'aident dans ses missions :

    La Direction Nationale du Bureau National de l'Emploi pour la Formation pour Adultes et la Formation Professionnelle (chargée des modules de formation pour adultes en général, y compris les modules spécifiques aux aides à domicile)

    L'Institut National de Politique Familiale et Sociale (chargé du programme de formation de niveau avancé destiné aux intervenants du secteur social)

    Le Département de l'Education du Ministère (chargé de l'enseignement supérieur, y compris les Licences et Masters en travail social)

    Financement de la formation des travailleurs sociaux

    1. Cours d'enseignement supérieur. Le choix de suivre une formation en travail social de  l'enseignement supérieur est une décision personnelle avec des conséquences financières différentes selon les individus. Si l'individu exerce déjà et la formation est importante pour lui permettre de garder son poste, l'employeur peut décider de participer aux coûts de la formation. Cependant, étant donné la situation économique, de moins en moins d'employeurs peuvent se le permettre. Les individus doivent donc financer leur formation par leurs propres moyens.
    2. EFP/Formation pour Adultes. La situation des formations pour adultes/de l'EFP est un peu différente étant donné que les personnes sans emploi peuvent suivre ces formations gratuitement grâce au soutien des Bureaux régionaux de l'Emploi. Les subventions de l'Etat ainsi que les fonds structurels européens sont essentiels,  et sont versés par les agences pour l'emploi ou sont mis à la disposition des différents acteurs économiques (associations à but lucratif ou non, organismes de formation, institutions sociales, etc.) sous la forme d'aides aux projets. Dans ce cas précis, les participants n'ont rien à payer et perçoivent même des indemnités supplémentaires (par exemple, le remboursement des frais de déplacements pour les trajets jusqu'au centre de formation).
    3. Formations avancées obligatoires. C'est le troisième type de formation important. Il s'adresse aux professionnels des différents services sociaux.  (ce système a été créé sur le modèle des formations obligatoires existantes dans le secteur médico-social et de l'éducation en Hongrie).

    Droit à l'éducation des travailleurs sociaux dans le pays

    Obligation de répondre aux critères minimum détaillés pour chaque poste/fonction dans le Décret 1/2000. (I. 7.) SzCsM sur le rôle et les critères de fonctionnement des organismes sociaux offrant des services à la personne. Le décret 1/2000 SzCsM est  le règlement d'application de la Loi sur les administrations et les prestations sociales (1993.III). Il répertorie tous les types de services sociaux mentionnés dans la Loi Sociale et définit les critères (formation de base) pour chaque poste concerné.  

    L'organisation de la formation continue des travailleurs sociaux dans ce pays relève de la compétence

    L'Institut National de la Famille et des Affaires Sociales  (chargé du système de formation avancée obligatoire pour les professionnels du secteur social). Cet institut est rattaché au Ministère des ressources Nationales.

    Les prestataires de services sociaux sont chargés d'organiser la participation des professionnels du secteur social (quelque soit le secteur auquel ils appartiennent : collectivité territoriale, ONG, Eglise, ou secteur privé). Chaque année, les organismes prestataires de services dans le domaine social doivent établir un "Plan de Formation" détaillé, stipulant le nombre de salariés du secteur social qui participera aux formations obligatoires, le mode de financement, les moyens d'assurer des remplacements éventuels et les solutions à d'autres problèmes similaires. Ils sont également tenus de communiquer les résultats à l'Institut de Politique Familiale et Sociale, qui  attribue les points collectés par chaque professionnel participant.

    Financement de la formation continue des travailleurs sociaux

    Bien que les auxiliaires de vie à domicile doivent aussi participer régulièrement aux formations obligatoires, ils n'ont pas le droit de choisir celles qu'ils souhaitent suivre sous prétexte qu'ils les trouvent utiles ou intéressantes. C'est en général leurs supérieurs qui choisissent les formations. 

    On peut trouver deux raisons à cela :

    Les institutions sociales officielles fonctionnent de manière très hiérarchique, en interne comme en externe. En effet, ce sont les managers et les directeurs qui prennent la plupart des décisions en interne. En externe, des rapports doivent être régulièrement adressés aux entités administratives supérieures et une règlementation stricte est en général appliquée.

    Autre raison : les restrictions budgétaires auxquelles les institutions du domaine social doivent faire face. Même si les institutions continuent de recevoir une certaine part par personne destinée à la formation de leurs employés, elles ont vu ce montant diminuer sérieusement ces dix dernières années. Les dirigeants doivent envoyer leurs employés suivre les formations obligatoires pour trois raisons. Premièrement, ces programmes de formation peuvent permettre au personnel non qualifié d'acquérir partiellement les compétences professionnelles manquantes et deuxièmement, cela peut aussi permettre aux professionnels de suivre les développements dans leur domaine d'activité ainsi que de participer à leur supervision.  Troisièmement, les professionnels n'ayant pas, dans une limite de cinq ans, acquis le nombre de points nécessaires lors de leurs formations, ne sont théoriquement pas autorisés à exercer leur profession.

    D'une part, il est donc dans l'intérêt des dirigeants de répondre à ces attentes formelles. D'autre part, ils sont limités par des questions budgétaires dans le choix des formations. Les organismes du secteur social doivent également organiser le remplacement des collègues en formation, ce qui pose un réel problème vu la diminution du personnel soignant au cours des dix dernières années.

    Nombre d'étudiants en travail social dans ce pays

    Il n'existe pas vraiment d'études concernant le nombre exact de travailleurs sociaux en Hongrie, étant donné qu'une définition exacte du terme "travailleur social" n'existe pas dans ce pays (il n'existe par exemple pas de consensus sur la question de savoir si les fonctionnaires travaillant dans les administrations du secteur social au niveau local et national peuvent être considérés comme des professionnels du secteur social).

    Selon les estimations du recensement national, qui a lieu tous les 10 ans (2011), le nombre de travailleurs sociaux en Hongrie s'élèverait à 80 000.

    En 2011, 11 975 soignants travaillaient dans le secteur de l'aide à domicile aux personnes âgées.  Ce nombre est un peu inférieur aujourd'hui à celui des années 1993-1995, période pendant laquelle ce type de services a commencé à être proposé. Ce nombre a fluctué dans les années 1990 et après 2000. Les tendances inversées de la proportion de professionnels et d'infirmières à plein temps percevant des honoraires s'expliquent par des procédures très formelles et institutionnelles. Aujourd'hui, les infirmières percevant des honoraires ont un rôle complémentaire, surtout dans les petits villages.  

    La gestion et la mise en œuvre globales du Partenariat européen d'innovation pour le vieillissement actif et en bonne santé (EIPAHA) dans ce pays relève de la compétence du

    Ministère des Ressources Nationales

    Ressources principales pour le financement du Partenariat européen d'innovation pour le vieillissement actif et en bonne santé

    Les sources importantes de financement proviennent de l'Etat, des fonds de l'UE et des ressources de la famille. On observe peu d'aide provenant des municipalités et des dons privés.

    Niveau d'études minimum requis pour devenir travailleur social dans ce pays

    Les personnes ayant seulement un niveau d'étude élémentaire et les étudiants en travail social ne sont pas acceptés comme travailleurs sociaux. Les personnes d'un niveau d'étude secondaire et celles ayant suivi des formations courtes sont acceptées mais sont mal payées. Formations professionnelles courtes : seules les formations pour adultes (entre 1600 et 2000 heures) sont acceptées.

    Niveau de compétences en TIC requis pour accéder aux professions du travail social

    Les compétences TIC ne sont pas importantes, sauf pour les services d'aide à domicile pour lesquels il est nécessaire de faire fonctionner une alarme ou d'utiliser un système de surveillance à distance.

    Conditions applicables à la profession de travailleur social (personnel soignant) dans ce pays

    Ces conditions sont précisées dans le Décret 1/2000. (I. 7.) SzCsM sur le rôle et les critères de fonctionnement des organismes sociaux offrant des services à la personne.1/2000. (I. 7.). Une organisation parapluie du nom de 3SZ (Alliance professionnelle sociale – Szociális Szakmai SzöEFPség, www.3sz.hu) a élaboré des normes professionnelles (en termes de qualité du travail, déontologie) pour les auxiliaires de vie. Toute structure adhérant à 3SZ doit respecter ces normes professionnelles.

    Fonctionnement du secteur des soins dans ce pays

    En Hongrie, le secteur de l'aide aux personnes âgées est réglementé par la Loi sur l'Administration Sociale et les Services Sociaux (1993.III. 63 §), qui définit les prestations en espèces et en nature ainsi que les services sociaux de base et institutionnels.  L'aide aux personnes âgées est un service social fondamental en Hongrie qui est obligatoire dans toutes les localités. 

    Dans le cadre de l'aide à domicile, la mission des auxiliaires de vie est de fournir des services permettant l'autonomie des personnes âgées dans leur milieu de vie.

    Ces services sont les suivants :

    • soins de base et soins infirmiers,
    • maintien de l'hygiène et assistance
    • prévenir et se protéger contre les situations d'urgence
    • définir les besoins individuels en termes de soins et leur coût
    • réaliser les soins dans une limite de 4 heures par jour

    Droits individuels du personnel soignant à l'enseignement et à la formation professionnels (EFP) dans ce pays

    Non applicable

    Cadre légal de la formation du personnel soignant  dans ce pays

    Loi sur l'Enseignement Supérieur (2011.CCIV)

    Loi sur la Formation pour Adultes (2001.CI)

    Loi sur la Formation Professionnelle (2011.CLXXXVII)

    Possibilités d'accéder à l'EFP pour le personnel soignant  dans ce pays

    Formations de l'enseignement supérieur :

    Auxiliaire de service social – Licence : 7 semestres (peut être complétée par un Masters de 4 semestres)

    Educateur social  – Licence : 7 semestres

    Formation pour Adultes :

    Technicien de l'intervention sociale et familiale (depuis 2006) : à partir du secondaire, 2000 heures, 2 ans

    Infirmier social (depuis 2001) : à partir du secondaire, 2000 heures, 2 ans

    Auxiliaire de vie sociale et infirmier (depuis 2001) : pas de niveau d'études minimum requis, 2000 heures, 2 ans

    Auxiliaire de vie sociale et manager (depuis 2006) : accès dès le secondaire, 2000 heures, 2 ans

    Aidant  (depuis 2006)

    Auxiliaire de vie sociale (depuis 2006):

    Auxiliaire de vie (depuis 2006) sociale, accompagnant les enfants et les jeunes : accès possible dès le secondaire, 2000 heures, 2 ans

    Certification du personnel soignant dans ce pays

    Le Comité d'Accréditation de la Formation pour Adultes est chargé de la certification et du contrôle des formations de l'enseignement supérieur et de celles destinées aux adultes

    Système de validation des acquis de l'expérience dans ce pays

    L'établissement de formation/d'enseignement doit établir et fournir un règlement garantissant la qualité des formations pour adultes et de l'enseignement supérieur. Le Manuel de l'Assurance Qualité doit détailler tous les processus de formation et être le garant d'une gestion de qualité. Il doit également inclure les modalités de la Validation des Acquis de l'Expérience, dont la procédure est établie par les organismes de formation (exemple : utilisation de tests, demande de photocopies des diplômes, etc.).

    Evaluation de la situation du personnel soignant sur le marché du travail dans ce pays

    Les auxiliaires de vie sont en général sous-payés (le salaire moyen d'un auxiliaire de vie avoisinait les 300-363 EUR en 2009), du fait d'une capacité de lobbying faible, aussi bien au niveau des organismes que du secteur, et du manque de prestige de la profession. Les opportunités de carrière et de mobilités sont limitées. 

    Evaluation de la participation de ce pays à la collaboration européenne dans le secteur des soins aux personnes âgées

    Non applicable

    Description générale du statut professionnel du personnel soignant dans ce pays

    Le nombre de bénéficiaires de soins est en légère augmentation depuis 2005, phénomène plus marqué depuis 2008. (Office central de statistiques hongrois, 2011). Parmi les bénéficiaires de soins, les femmes sont en surreprésentation ; deux fois et demie plus nombreuses que les hommes. Cette dominance est d'autant plus évidente depuis 2005.  Le nombre de bénéficiaires a, dans sa globalité, presque doublé au cours des quinze dernières années.

    La proportion de bénéficiaires de soins a également augmenté parmi les plus de 60 ans, alors que le nombre de ceux pouvant participer aux coûts des services a décliné fortement, phénomène qui reflète bien la dégradation de la situation sociale et économique des personnes âgées en Hongrie.

    Malgré le nombre plus important d'infirmières au cours des dix dernières années, la demande ne semble cesser d'augmenter. En 1995, le rapport était de 3,6 bénéficiaires de soins pour une infirmière en moyenne (avec un total de 12448 infirmières) alors qu'il était de 7,3 (avec presque le même nombre d'infirmières, soit 11 975) en 2011. Cette tendance met évidemment une forte pression sur la qualité de service et sur les infirmières.

    Description du lieu de travail du personnel soignant dans ce pays

    Bien qu'un modèle social mixte se soit développé dans le secteur des services, ce dernier reste majoritairement public, avec des collectivités locales autonomes qui coopèrent de diverses manières au niveau central.  Même si ces collectivités locales ont toute liberté de collaborer dans différents domaines depuis la transition, leur coopération en matière de prestations de services publics s'est surtout renforcée depuis 2004, date à laquelle elles ont commencé à percevoir des subventions incitatives du gouvernement central. La modification de la Loi sur le Développement Régional et l'Aménagement du Territoire (1996. XXI.) a incité les collectivités locales à créer des partenariats infrarégionaux à vocation multiple, responsables des services de santé publics de base, ainsi que des services sociaux, culturels et pédagogiques. Des aides supplémentaires du budget central sous forme de quotas, ont été versées à ces entités infrarégionales chargées des prestations de services publics, et ont véritablement motivé les collectivités locales à travailler ensemble.

    Ce changement a bénéficié non seulement aux grandes villes et aux communes où les administrations centrales des regroupements en microrégions ont été mises en place, mais aussi aux collectivités locales plus petites, qui éprouvaient des difficultés à offrir des services publics. Grâce à cette réorganisation administrative, la population –en particulier dans les petites localités– a ainsi pu bénéficier de services spécifiques auxquels elle n'avait pas accès auparavant. 

     

    En 2001, les collectivités locales prenaient en charge 60% du nombre total de bénéficiaires de soins, alors que la part des églises était de 30 %, et de 8 % pour les associations. Au nom de la décentralisation et de la subsidiarité, ces associations étaient des acteurs plus importants du service social dans les années 90 qu'au cours des deux dernières années où l'on a vu apparaître des églises dans ce secteur après la venue au pouvoir d'un gouvernement conservateur en 2010. La décentralisation – ou le principe "une localité=un organe local administratif public= prise en charge des services par les collectivités"– semble avoir été tout d'abord remplacée par une recentralisation en 2004, pour aboutir à la centralisation récemment. Le principe de "retour à l'Etat" laissera probablement moins de place aux acteurs non-gouvernementaux dans le secteur des services sociaux à l'avenir.

    Exigences concernant la personnalité des candidats au métier d'aidant (stabilité émotionnelle, condition physique, addiction à la nicotine, etc.)

    Les auxiliaires de vie doivent être inspectés chaque année.

    Certains facteurs liés à la santé ou à la santé émotionnelle peuvent être des facteurs d'exclusion comme par exemple :

    • un handicap psychique important
    • un handicap mental important
    • si une personne est reconnue inapte à l'exercice d'une profession nécessitant une audition normale,
    • si une personne est reconnue inapte à l'exercice d'une profession nécessitant de travailler en coopération,
    • une personne est reconnue inapte à l'exercice d'une profession source de stress émotionnel et de tension.

    Certains facteurs liés à la santé ou à la santé émotionnelle peuvent être des facteurs limitatifs :

    • si une personne est reconnue inapte à l'exercice d'une profession nécessitant d'être un bon communiquant,
    • si une personne est reconnue inapte à l'exercice d'une profession nécessitant la manipulation d'objets (usage intensif de ses doigts, mains et bras),
    • si une personne est reconnue inapte à l'exercice d'une profession nécessitant de se déplacer et/ou de voyager.

    Exigences concernant les immigrés candidats au métier d'aidant

    Il n'est pas courant de voir des immigrés exercer la profession d'auxiliaire de vie en Hongrie.

    Règlementation professionnelle du métier d'aidant dans ce pays

    • Durée du travail : 8h ou travail à mi-temps
    • Période de repos et pauses : Non applicable
    • Travail de nuit : non obligatoire ; dépend du contrat de travail
    • Congés : conformément à la loi sur le statut légal des fonctionnaires ou au Code du travail
    • Congés maladie, congés maternité : conformément à la loi sur le statut légal des fonctionnaires ou au Code du travail
    • Indemnités chômage : conformément au Code du Travail

     

    Principes du système de paiement des aidants

    Les auxiliaires de vie employés par des organes de l'Etat/publics sont considérés comme fonctionnaires. Ainsi, leur salaire est déterminé par la grille officielle des salaires (en fonction du niveau d'études et de leur ancienneté dans la fonction publique). Ils peuvent également bénéficier de tickets-restaurants et être dédommagés pour leurs frais de déplacement.

    Les auxiliaires de vie employés par des organismes non-gouvernementaux sont rémunérés selon le Code du Travail ; leur salaire ne peut être inférieur au SMIC fixé par le gouvernement.

    Avantages en nature des aidants (téléphone, frais de déplacement remboursés, réductions, etc.)

    Les auxiliaires de vie disposent généralement d'un téléphone portable fourni par l'organisme prestataire de services.

    Ils peuvent également bénéficié d'un dédommagement pour leurs frais de déplacement ou de restauration, en fonction de la collectivité locale principale prestataire de services.

    Motivation de travailler dans le secteur des soins

    Le Bureau National de l'Emploi (ÁFSZ) a créé un dossier d'information sur les formations au métier d'aide à domicile, consultable par les élèves de Terminale et les demandeurs d'emploi cherchant à se reconvertir.

    La motivation la plus fréquemment citée est l'envie d'aider les autres (les personnes âgées) et d'améliorer leur qualité de vie.

    Durée moyenne d'occupation d'un emploi dans le secteur des soins ?

    Non applicable

     

  • Soins de longue durée et condition des travailleurs sociaux

    Pays

    Hongrie

    Organe responsable de la gestion globale du secteur des travailleurs sociaux dans le pays

    Ministère de la Santé et des Affaires Sociales

    Soins de longue durée

    Principes de base

    Il n'existe pas de système à part pour les soins de longue durée ; ils sont pris en charge par le système de santé et de protection sociale.

    Les axes professionnels (et les principes de base) concernant le secteur des soins de longue durée sont définis par le Ministère des Ressources Nationales (Nemzeti Erőforrás Minisztérium).

    Pour les services de soins de longue durée, des prestations de soins à la personne (services sociaux) sont dispensées, conformément à la Loi Sociale de l'Etat et des collectivités locales. Il relève de la compétence des collectivités locales de gérer ces services.

    (Outre les collectivités locales, les ONG et les églises peuvent aussi proposer ces services, mais seule la collectivité locale est dans l'obligation de les fournir).

    Les services de soins de longue durée sont possibles grâce à des aides sociales, sous forme de prestations en espèce et avantages en nature financés par l'Etat.

     

    Soins de longue durée

    Champ d’application

    • Personnes âgées
    • Personnes souffrant d'un handicap
    • Patients en psychiatrie
    • Personnes toxicomanes
    • Sans-abris

    Organisation des soins de longue durée

    Aidants naturels et professionnels

    Il existe de nombreux aidants naturels qui prennent soin d'un membre de leur famille, d'un ami, etc. Ils perçoivent pour ce travail une prestation en espèces (allocation de soins) de l'Etat. Les personnes ayant droit à cette allocation (Ápolási díj) sont les aidants familiaux s'occupant d'un membre de la famille handicapée, ou d'un mineur souffrant d'une maladie chronique. Dans le cas de soins à une personne souffrant d'un handicap lourd, le montant de l'aide couvre 100% du montant de base (alapösszeg) défini par la loi sur le Budget national (2011. évi CLXXXVIII. törvény Magyarország 2012. évi költségEFPéséről), alors qu'il est de 130% pour une personne souffrant d'un handicap lourd nécessitant en plus des soins intensifs.

    Prestataires de services de soins de longue durée (services sociaux) : l'Etat, les collectivités locales, les églises et les ONG. Comme ils emploient principalement des auxiliaires de vie professionnels, les soins sont dispensés par des professionnels.

     

    Soins de longue durée

    Indemnités aux aidants

    Une allocation de soins (Ápolási díj) est versée à la personne assurant les soins (et non la personne nécessitant des soins) ; cet aidant doit obligatoirement être un membre de la famille.

    Dans le cas de personnes atteintes de lourds handicaps,  le montant de l'aide couvre 100% du montant de base (alapösszeg) défini par la loi sur le Budget national (2011. évi CLXXXVIII. törvény Magyarország 2012. évi költségEFPéséről), alors qu'il est de 130% pour une personne souffrant d'un handicap lourd nécessitant des soins intensifs.
    En 2011, le montant de base était de 29,500 HUF (103€) par mois.
    Le montant de la prestation en espèces (allocation de soins) ne couvre pas l'intégralité des frais de l'auxiliaire de vie ; c'est plutôt pour le dédommager de sa perte de revenu.

    En application de la Loi sur le Travail (Loi XXII de 1992 du Code du Travail), les personnes s'occupant d'un membre de leur famille a droit à un congé sans solde de 2 ans maximum.

    Soins de longue durée

    Participation de l'usager

    Pour les services de soins de longue durée comprenant des prestations de soins à la personne (services sociaux)

    - les bénéficiaires participent aux coûts des services dispensés

    - le montant de cette participation (déterminé au cas par cas) ne peut dépasser un certain pourcentage du revenu (le taux de participation maximum est différent selon les prestations de services).

    - Le montant doit être versé mensuellement. Les services sont gratuits pour les personnes ne disposant de revenus (ou pour celles placées dans une maison de retraite et n'ayant pas de domicile), et n'ayant pas de proches pouvant les prendre en charge et remplir leur obligation de soutien et de soins vis-à-vis d'elles.

     

  • Système de protection sociale des personnes âgées

    Pays

    Hongrie

    PIB aux prix du marché Standard de Pouvoir d'Achat par habitant - 2011

    16 500

    Part des dépenses de retraite en % du PIB - 2010

    11,3%

    Part des dépenses de soins aux personnes âgées en % du PIB - 2008

    0,3%

    Taux de risque de pauvreté, pour la tranche d'âge des 65 ans et plus - 2011

    4,5%

    Pensions de vieillesse

    Principes de base

    Système mixte pour la population active avec (1) un régime par répartition pure (2) un second pilier.
    1er pilier : régime de retraite public obligatoire financé par les cotisations, avec des indemnités liées à la rémunération qui dépendent des cotisations et de la durée d'affiliation. 
    2ème pilier : régime par capitalisation géré par des fonds de pension privés contrôlés par l'Etat, avec des indemnités dépendant du capital retraite accumulé. A noter : pour le second pilier, les fonds privés ont été choisis en deux étapes en 2011-2012 et tous les fonds ont été redirigés vers l'Etat sans aucune compensation pour les membres des fonds privés.

    Depuis le 1er janvier 2012, les assurés paient une cotisation au régime de retraite de 10% à la caisse d'assurance retraite du 1er pilier, et cela même s'ils sont membres de l'un des fonds de pension privés.

     

    Pensions de vieillesse

    Age légal de la retraite -cas général

    Pour les hommes et les femmes : 62 ans (2009).

    L'âge de la retraite a augmenté progressivement (d'une demi-année pour chaque tranche d'âge) depuis 2010, et devrait atteindre 65 ans en 2022 pour les personnes nées à partir de 1957. Les premiers concernés par cette augmentation sont les personnes nées en 1952.

    Systèmes de financement des pensions de vieillesse

    1er pilier : cotisations (assurés et employeurs) et impôts.
    2ème pilier : Les cotisations des fonds de pension privés ont été suspendues en 2012. Les membres de ces fonds de pension sont dorénavant également obligés de payer des cotisations à la caisse d'assurance retraite gérée par l'Etat. 

    Aides sociales destinées aux seniors sans emploi

    Aide aux personnes âgées demandeuses d'emploi avant la retraite (Nyugdíj előtti álláskeresési segély).

    Systèmes de financement des aides à long-terme

    Dans le cas d'allocations d'aides aux personnes

    1er pilier : régime lié à la rémunération (par répartition)
    2ème pilier : suspendu, n'existe plus

    Système de santé

    Principes de base

    Régime de santé obligatoire pour la population active (salariés et indépendants) et les groupes assimilés, financé par les cotisations des employeurs et des employés.

    Système de santé

    Remboursements des  prothèses, lunettes, appareils auditifs

    Le Fonds National d'Assurance Maladie (Egészségbiztosítási Pénztár) subventionne 50%, 70%, 80% 90% or 98% du prix, ou 50%, 70%, 85% ou 100% du prix de location, en fonction du type de prothèse concernée. Prise en charge à 100% pour toutes les victimes d'accidents du travail ou de maladies liées à l'activité professionnelle.

     

  • Maîtrise de l'informatique et d'Internet de la population dans son ensemble

    Pays

     

    Hongrie

    Utilisation d'un ordinateur

     

     

    Absence d'ordinateur non voulue

    2011

     

    Adulte de 65 ans ou plus. Ne peut en assumer le coût

     

    12,8%

    Compétences numériques

    2012

     

    % de personnes sachant copier ou déplacer un fichier ou un dossier

     

    67,0%

    % de personnes sachant faire un "copier-coller" pour dupliquer ou déplacer des informations sur  l'écran

     

    63,0%

    % de personnes sachant compresser des  fichiers

     

    41,0%

    Méthode d'acquisition de compétences numériques

    2011

     

    % de personnes ayant acquis des compétences informatiques par eux-mêmes (apprendre en faisant)

     

    57,0%

    Pourquoi les individus n'ont jamais suivi de formation informatique

    2011

     

    Ils n'en ont pas besoin car ils ont suffisamment de  compétences en informatique

     

    35,0%

    Ils n'en ont pas besoin car ils n'utilisent que rarement un ordinateur

     

    10,0%

    Utilisation d'Internet

     

     

    Fréquence de connexion à Internet :

    2012

     

    Une fois par semaine (quelque soit le jour)

     

    69,0%

    Tous les jours

     

    58,0%

    Utilisation d'Internet pour

    2012

     

    L'utilisation de services bancaires en ligne

     

    26,0%

    La communication avec les administrations  (au cours des12 derniers mois)

     

    42,0%

    Accès à Internet par ordinateur portable

     

     

    Tous les jours ou presque tous les jours

     

    6,0%

    Niveau des compétences Internet individuelles

    2011

     

    % de personnes sachant utiliser un moteur de recherche pour chercher des informations

     

    70,0%

    % de personnes sachant envoyer un e-mail avec des pièces jointes

     

    66,0%

    % de personnes sachant poster des messages sur des sites de messagerie instantanée, des  newsgroups ou des forums de discussion en ligne

     

    39,0%

    % de personnes sachant utiliser Internet pour passer un appel téléphonique

     

    26,0%

    % de personnes utilisant Internet pour effectuer des recherches liées à des questions de santé

     

    48,0%

    Inquiétudes relatives aux problèmes éventuels liés à l'utilisation d'Internet

    2010

     

    Craintes importantes d'attraper un virus ou toute autre infection sur son ordinateur (ver, cheval de Troie...) ayant pour résultat la perte d'informations ou de temps

     

    20,0%

    Craintes modérées d'attraper un virus ou toute autre infection sur son ordinateur (ver, cheval de Troie...) ayant pour résultat la perte d'informations ou de temps

     

    32,0%

    Aucune crainte d'attraper un virus ou toute autre infection sur son ordinateur (ver, cheval de Troie...) ayant pour résultat la perte d'informations ou de temps

     

    12,0%

    Problèmes liés à la sécurité rencontrés sur Internet utilisé à des fins personnelles durant les 12 derniers mois.

    2010

     

    Propagation d'un virus ou autre infection informatique (par exemple, un ver ou un cheval de Troie...), ayant pour résultat la perte d'informations ou de temps

     

    30,0%

    Perte financière due à des messages reçus frauduleux ("phishing") ou à une redirection vers des faux sites web demandant des renseignements personnels ("pharming")

     

    1,0%

    Activités non réalisées par Internet à cause d'inquiétudes liées à la sécurité

    2010

     

    % de personnes ne passant pas de commandes d'articles ou de services à usage personnel du fait d'inquiétudes liées à la sécurité

     

    8,0%

    % de personnes ne communiquant pas avec les services ou administrations du fait d'inquiétudes liées à la sécurité

     

    4,0%

    Utilisation et mise à jour de logiciels informatiques de sécurité ou d'outils pour la protection de son ordinateur  et de ses données

    2010

     

    % de personnes utilisant un logiciel de sécurité ou des outils (anti-virus, anti-spam, pare-feu, etc.) pour protéger leur ordinateur et leur données personnels

     

    55,0%

    % de personnes n'utilisant pas de logiciel de sécurité ni d'outils (anti-virus, anti-spam, pare-feu, etc.) pour protéger leur ordinateur et leur données personnels

     

    5,0%

    % de personnes ne sachant pas si elles disposent d'un logiciel de sécurité ou des outils (anti-virus, anti-spam, pare-feu, etc.) pour protéger leur ordinateur et leur données personnels

     

    2,0%

    Fréquence des copies ou fichiers de sauvegarde de l'ordinateur sur un périphérique de stockage externe, quel qu'il soit

    2010

     

    Fréquence des copies/fichiers de sauvegarde : toujours ou presque  toujours

     

    14,0%

    Fréquence des copies/fichiers de sauvegarde : jamais ou quasiment jamais

     

    21,0%

    Evaluation des compétences informatiques et internet des auxiliaires de vie dans ce pays

    Les compétences TIC ne sont actuellement pas prévues dans les formations  d'aides à domicile en Hongrie.  Les auxiliaires de vie (aides à domicile) ne vivent pas dans un environnement où ils sont contraints d'utiliser les outils TIC. Dans leur vie privée, ils ne sont pas vraiment obligés d'utiliser ces outils, et dans leur vie professionnelle, ils sont un peu dans la passivité concernant l'usage des TIC mais aussi la réalisation des tâches. Par conséquent, la culture numérique et l'utilisation des TIC sont réservées à la Direction.