×
×

Lettonie

General information
Información General
Informations générales
Informazioni generali
Vispārīgā infromācija
Informații generale
Education and work of social carers
Educación y trabajo de cuidadores/as sociales
Formation et conditions de travail des ADV
Formazione e condizioni di lavoro delle assistenti familiari
Aprūpētāju izglītība un darbs
Educația și munca îngrijitorilor la domiciliu
Cuidados de larga duración y situación de los/as trabajadores/as sociales
L'accompagement de longue durée et les ADV
Assistenti familiari e assistenza domiciliare
Ilglaicīgā aprūpe un sociālo darbinieku situācija
Îngrijirea pe termen lung și îngrijitorii la domiciliu
Long-term care and social workers
Social protection system of elderly people in general
Sistema de protección social para las personas mayores en general
Système de protection sociale pour les personnes agées
Il sistema dell'assistenza socio-sanitaria alla popolazione anziana
Vecu cilvēku sociālās aizsardzības sistēma
Sistemul de protecție socială a persoanelor în vârstă, în general
Computer and Internet skills of the general population
Competencias informáticas y de internet de la población general
Maîtrise de l'informatique et d'Internet de la population dans son ensemble
Competenze informatiche e digitali
Vispārējās iedzīvotāju datoru un interneta prasmes
Competențele legate de utilizarea calculatorului și a internetului ale populației în general
  • Informations générales

    Pays

     

    Lettonie

    Population totale

    2012

    2 041 763

    Proportion de la population

     

     

    Agée de 65 à 79 ans

    2001

    12,6%

     

    2012

    14,1%

    Agée de 80 ans et plus

    2001

    2,6%

     

    2012

    4,5%

    Taux de dépendance des personnes âgées

    1990

    1,7

     

    2001

    22,6

     

    2012

    27,7

    Projections relatives au taux de dépendance des personnes âgées

    2020

    28,84

     

    2030

    36,17

     

     

     

    Espérance de vie à la naissance, en années

    2011

     

    Hommes

     

    68,6

    Femmes

     

    78,8

    Espérance de vie à 65 ans, en années

    2011

     

    Hommes

     

    13,4

    Femmes

     

    18,7

    Espérance de vie en bonne santé à la naissance

    2011

     

    Hommes

     

    53,7

    Femmes

     

    56,7

    Durée d'activité professionnelle, en années

    2011

     

    Hommes

     

    34,6

    Femmes

     

    34,0

    Taux d'emploi des seniors âgés de 55 à 64 ans, total

     

    50,5%

     

  • La formation et le métier d'Auxiliaire De Vie

    Pays

    Lettonie

    La gestion et l'organisation globale de la formation des travailleurs sociaux dans ce pays relève de la compétence

    Ministère de l'Education, établissements d'enseignement privés

    Financement de la formation des travailleurs sociaux

    Les financements provenant de l'Etat sont moyennement importants ; ceux provenant des municipalités sont, quant à eux, faibles. La partie financée par les étudiants mêmes est importante. Les fonds provenant de la municipalité servent à financer les ateliers ayant pour objectif le développement des compétences des travailleurs sociaux. Le gouvernement finance en priorité les matières scientifiques (exactes).

    Droit à l'éducation des travailleurs sociaux dans le pays

    Aucune restriction

    L'organisation de la formation continue des travailleurs sociaux dans ce pays relève de la compétence

    Les collectivités locales, les organismes qui emploient des travailleurs sociaux.

    Financement de la formation continue des travailleurs sociaux

    Manque de financement de la part du gouvernement. Par contre, le financement des collectivités locales est important. La partie financée par les étudiants n'est pas très importante.  Les organismes qui emploient des travailleurs sociaux participent également au financement.

    Nombre d'étudiants en travail social dans ce pays

    Le nombre de diplômés de Master en travail social et les professionnels de formation universitaire n'est pas suffisant. Néanmoins, le nombre de  professionnels de ce secteur est suffisant.

    La gestion et la mise en œuvre globales du Partenariat européen d'innovation pour le vieillissement actif et en bonne santé (EIPAHA) dans ce pays relève de la compétence du

    Ministère des Affaires Sociales et municipalités locales

    Ressources principales pour le financement du Partenariat européen d'innovation pour le vieillissement actif et en bonne santé

    Non applicable.

    Niveau d'études minimum requis pour devenir travailleur social dans ce pays

    Pas de restrictions ; les personnes avec un niveau d'études primaire ou secondaire sont acceptées comme auxiliaires de vie. 

    Niveau de compétences en TIC requis pour accéder aux professions du travail social

    Pas d'exigences particulières

    Conditions applicables à la profession de travailleur social (personnel soignant) dans ce pays

    Il existe une classification des métiers, qui règlemente le type de formation nécessaire pour chaque métier, y compris pour les travailleurs sociaux et les auxiliaires de vie.

    Fonctionnement du secteur des soins dans ce pays

    Les services d'aide à domicile sont divisés en deux parties principales : – 1) services sociaux 2) et les soins. Les services sociaux évaluent les besoins des bénéficiaires de soins potentiels en termes d'entretien du domicile et de soins à la personne. Cette liste de tâches est ensuite envoyée à l'organisme de soins à domicile, dont le rôle est d'organiser les soins à domicile en fonction de la liste des tâches répertoriées par les travailleurs sociaux.  Les soins à domicile sont traditionnellement organisés en fonction de la zone géographique. Chaque service de soins à domicile régional dispose d'un conseiller, qui est responsable des auxiliaires de vie dans les agences régionales.

    Déroulement de la procédure:

    Evaluation (services sociaux) à Planning et gestion des auxiliaires de vie (services de soins) à Comptes-rendus (services de soins)

    Droits individuels du personnel soignant à l'enseignement et à la formation professionnels (EFP) dans ce pays

    Les auxiliaires de vie peuvent décider d'améliorer leur niveau d'instruction à leurs propres frais. Traditionnellement, les organismes de soins à la personne organisent des formations localement (avec une certification) pour leurs employés, mais ceci n'est pas une obligation.

    Cadre légal de la formation du personnel soignant  dans ce pays

    Normes professionnelles à métier d'auxiliaire de vie à programmes de formation (Niveaux 1 et 2, EFP, licence et master).

    Possibilités d'accès à l'EFP pour le personnel soignant  dans ce pays

    Programmes de formation professionnelle de 1er et 2ème niveau. 

    Pour référence :   http://www.niid.lv/niid_search?qy=apr%C5%A Bp%C4%93t%C4%81js&page=2

    Certification du personnel soignant dans ce pays

    Diplômes professionnels de 1er et 2ème niveau pour les auxiliaires de vie.

    Pour référence :   http://www.niid.lv/niid_search?qy=apr%C5%A Bp%C4%93t%C4%81js&page=2

    Système de validation des acquis de l'expérience dans ce pays

    En fonction du CV, de l'entretien d'embauche, des échanges informels entre les organismes de services à domicile. Il n'existe pas de système particulier.

    Evaluation de la situation du personnel soignant sur le marché du travail dans ce pays

    La plupart des emplois d'auxiliaires de vie se trouvent à Riga. Le salaire d'un auxiliaire de vie dépend du taux horaire et du nombre d'heures  travaillées.  Le taux horaire pratiqué par les différents organismes de services à domicile est similaires. Les auxiliaires de vie travaillent souvent pour l'organisme de services à domicile de la région où ils habitent. Depuis la crise, les organismes de service à domicile manquent d'auxiliaires de vie, ce qui s'explique par le salaire net bas.

    Evaluation de la participation de ce pays à la collaboration européenne dans le secteur des soins aux personnes âgées

    La collaboration de la Lettonie avec l'Europe dans le domaine des soins peut être qualifiée de faible. Ce secteur a connu des changements peu positifs ces dernières années. Sa situation dépend directement  du budget de la Lettonie qui a diminué pendant la crise.

    Description générale du statut professionnel du personnel soignant dans ce pays

    Le métier d'auxiliaire de vie est une profession du secteur social dont la mission est d'accompagner les personnes âgées. Les auxiliaires de vie sont des employés sous contrat avec un organisme de soins à la personne et n'ont pas suivi de formation professionnelle (pratique). Les prestataires de services de soins ont généralement des accords avec les municipalités locales.

    Description du lieu de travail du personnel soignant dans ce pays

    La coordination des auxiliaires de vie est assurée par les conseillers employés par les organismes.  En Lettonie, et plus particulièrement à Riga, il existe de nombreux organismes de soins à la personne.

    Exigences concernant la personnalité des candidats au métier d'aidant (stabilité émotionnelle, condition physique, addiction à la nicotine, etc.)

    Il existe des exigences officieuses importantes pour la sélection des candidats, ainsi que pour l'organisation. Pour effectuer les tâches quotidiennes, il est essentiel d'être stable mentalement et d'être patient  (changement des couches, toilette, nettoyage). Les auxiliaires de vie ne doivent pas offenser les bénéficiaires de soins même en cas de différend. Ils doivent faire preuve de compréhension et ne doivent pas être dépendants à l'alcool, à la nicotine, etc.

    Exigences concernant les immigrés candidats au métier d'aidant

    Elles sont importantes pour l'organisation. En Lettonie, les bénéficiaires de soins russes sont accompagnés par des auxiliaires de vie. Cela constitue un facteur important pour l'établissement de relations harmonieuses entre les auxiliaires de vie et le personnel soignant.

    Règlementation professionnelle du métier d'aidant dans ce pays

    • Durée du travail : non fixe, dépend des horaires de travail.
    • Périodes et jours de repos : non fixes (dépendent des horaires de travail), conformément à la législation.
    • Travail de nuit : possible, surtout pour les aidants naturels, mais rare pour les auxiliaires de vie.
    • Congés : conformément à la législation.
    • Congés maladie, congés maternité : conformément à la législation
    • Allocation chômage : conformément à la législation.

    Principes du système de paiement des aidants

    Le salaire des auxiliaires de vie dépend du taux horaire et du nombre d'heures travaillées. Le taux horaire varie en fonction du niveau de difficulté (de1 à 4), évalué par les travailleurs sociaux en fonction des tâches à effectuer.

    Avantages en nature des aidants (téléphone, frais de déplacement remboursés, réductions, etc.)

    Tout dépend de l'organisme de services à la personne. Les avantages les plus courants sont : des tickets de transports en commun, des téléphones, et parfois le remboursement de l'essence pour les déplacements ou des bons de réduction pour les services offerts par l'organisme. 

    Motivation de travailler dans le secteur des soins

    Aucune recherche n'a été effectuée concernant la motivation, mais d'après notre expérience, elle peut être l'incapacité à trouver un autre emploi, la recherche d'un revenu complémentaire, l'envie de débuter une carrière dans le social (étudiants), le sens de la responsabilité envers ses proches, ses voisins ou ses amis.

    Durée moyenne d'occupation d'un emploi dans le secteur des soins

    2 ans.

     

  • Soins de longue durée et condition des travailleurs sociaux

    Pays

    Lettonie

    Organe responsable de la gestion globale du secteur des travailleurs sociaux dans le pays

    Ministère des Affaires Sociales et municipalités locales

    Soins de longue durée

    Principes de base

    Des soins de longue durée sont dispensés en fonction des besoins individuels et des ressources de la personne (une évaluation de ceux-ci est réalisée par un travailleur social). Les prestations de services aux personnes dans le besoin sont réalisés au domicile ou à proximité de leur lieu de résidence (soins à domicile et semi-résidentiels).

    Si la personne nécessite des soins spéciaux, les établissements de soins de longue durée assure sa prise en charge.

    Financés par l'Etat et les municipalités.

    Il n'existe pas de dispositif particulier pour les soins de longue durée ; ils sont gérés par les services sociaux des personnes âgées, des enfants et des handicapés.

    Soins de longue durée

    Champ d’application

    Tous les citoyens lettons et non-lettons ayant reçu un numéro personnel d'identité (sauf les personnes avec un permis de séjour temporaire).

    Organisation des soins de longue durée

    Aidants naturels et professionnels

    1. Aidants naturels :

    Si une personne demande une aide à domicile, la collectivité locale évalue les possibilités qui existent pour que des membres de la famille vivant sous le même toit que la ou les personne(s), qui partagent les dépenses alimentaires de cette personne, s'en occupent. Si les membres de la famille s'occupent de la personne, la collectivité locale leur apporte un soutien psychologique, en leur rendant visite, en les formant, et si nécessaire, en les aidant matériellement. Si une personne vit seule, ou si les membres de la famille vivant sous le même toit qu'elle ne peuvent s'en occuper à cause de son âge, de son état de santé ou de leur situation professionnelle, la personne a droit à des prestations de soins sociaux.

    1. Aidants professionnels :

    La collectivité territoriale du lieu de résidence principale d'une personne est tenue de donner à cette personne la possibilité de bénéficier de services sociaux ou une aide sociale correspondant à ses besoins. Afin d'assurer l'évaluation professionnelle des besoins des habitants et de fournir des services sociaux de qualité, chaque collectivité locale a à sa disposition un expert des services sociaux ou doit créer un bureau de service social.

    Soins de longue durée

    Indemnités aux aidants

    Cette décision appartient à la municipalité.

    Les conditions d'attribution des allocations aux aidants dépendent de la municipalité et du règlement interne auquel elle adhère. 

    Soins de longue durée

    Participation de l'usager

    Un client est tenu de payer les soins dont il a bénéficié, sauf indication contraire. Si un client ou la personne en charge du paiement ne peut assumer les coûts des prestations de soins, c'est la collectivité locale qui se charge de les régler, selon les  procédures spécifiées par le gouvernement. 
    Les prestations sociales (de la sécurité sociale, comme par exemple la pension d'invalidité, de vieillesse, etc.), perçues par la  personne dans le besoin, servent à couvrir les dépenses relatives à son séjour dans un établissement de soins de longue durée, sauf 10% de la pension ou l'allocation de la sécurité sociale (Valsts sociālā nodrošinājuma pabalsts), qui doivent servir à couvrir les dépenses personnelles. 

     

  • Système de protection sociale des personnes âgées

    Pays

    Lettonie

    PIB aux prix du marché Standard de Pouvoir d'Achat par habitant - 2011

    14 700

    Part des dépenses de retraite en % du PIB - 2010

    5,1%

    Part des dépenses de soins aux personnes âgées en % du PIB - 2008

    0,17%

    Taux de risque de pauvreté, pour la tranche d'âge des 65 ans et plus - 2011

    8,9%

    Pensions de vieillesse

    Principes de base

    Régime d'assurance maladie obligatoire pour les employés (salariés et indépendants) et groupes assimilés comprenant deux piliers :

    1er pilier : système de retraite par répartition ; pensions liées à la rémunération, les cotisations et la durée d'affiliation.

    2ème pilier : système de retraite par capitalisation (géré par l'Etat) dont les pensions sont financées par le capital retraite accumulé.

    Sur une base volontaire : assurance retraite privée (3ème pilier) financée par des cotisations.

    Pensions de vieillesse

    Age légal de la retraite -cas général

    Hommes et femmes : 62 ans

    Systèmes de financement des pensions de vieillesse

    Cotisations (assurés et employeurs) plus budget de l'Etat (couvre les cotisations de certaines catégories d'individus).
     

    Aides sociales destinées aux seniors sans emploi

    Aucun dispositif particulier

    Systèmes de financement des aides à long-terme

    Dans le cas d'allocations d'aides aux personnes

    1er pilier : système de retraite par répartition, liée à la rémunération

    2ème pilier : système de retraite par capitalisation

    Système de santé

    Principes de base

    Système de protection sociale financée par l'impôt pour tous les habitants (sous condition de résidence).
    Des mutuelles agissent en complément du système d'assurance maladie public.

    Système de santé

    Remboursements des  prothèses, lunettes, appareils auditifs

    Non remboursés par la sécurité sociale. Exceptions : les implants cochléaires, les lunettes pour les enfants, et tous les types d'endoprothèses.

     

  • Maîtrise de l'informatique et d'Internet de la population dans son ensemble

    Pays

     

    Lettonie

    Utilisation d'un ordinateur

     

     

    Absence d'ordinateur non voulue

    2011

     

    Adulte de 65 ans ou plus. Ne peut en assumer le coût

     

    18,4%

    Compétences numériques

    2012

     

    % de personnes sachant copier ou déplacer un fichier ou un dossier

     

    61,0%

    % de personnes sachant faire un "copier-coller" pour dupliquer ou déplacer des informations sur  l'écran

     

    59,0%

    % de personnes sachant compresser des  fichiers

     

    38,0%

    Méthode d'acquisition de compétences numériques

    2011

     

    % de personnes ayant acquis des compétences informatiques par eux-mêmes (apprendre en faisant)

     

    59,0%

    Pourquoi les individus n'ont jamais suivi de formation informatique

    2011

     

    Ils n'en ont pas besoin car ils ont suffisamment de  compétences en informatique

     

    30,0%

    Ils n'en ont pas besoin car ils n'utilisent que rarement un ordinateur

     

    11,0%

    Utilisation d'Internet

     

     

    Fréquence de connexion à Internet :

    2012

     

    Une fois par semaine (quelque soit le jour)

     

    70,0%

    Tous les jours

     

    57,0%

    Utilisation d'Internet pour

    2012

     

    L'utilisation de services bancaires en ligne

     

    47,0%

    La communication avec les administrations  (au cours des12 derniers mois)

     

    47,0%

    Accès à Internet par ordinateur portable

     

     

    Tous les jours ou presque tous les jours

     

    9,0%

    Niveau des compétences Internet individuelles

    2011

     

    % de personnes sachant utiliser un moteur de recherche pour chercher des informations

     

    71,0%

    % de personnes sachant envoyer un e-mail avec des pièces jointes

     

    62,0%

    % de personnes sachant poster des messages sur des sites de messagerie instantanée, des  newsgroups ou des forums de discussion en ligne

     

    61,0%

    % de personnes sachant utiliser Internet pour passer un appel téléphonique

     

    52,0%

    % de personnes utilisant Internet pour effectuer des recherches liées à des questions de santé

     

    38,0%

    Inquiétudes relatives aux problèmes éventuels liés à l'utilisation d'Internet

    2010

     

    Craintes importantes d'attraper un virus ou toute autre infection sur son ordinateur (ver, cheval de Troie...) ayant pour résultat la perte d'informations ou de temps

     

    42,0%

    Craintes modérées d'attraper un virus ou toute autre infection sur son ordinateur (ver, cheval de Troie...) ayant pour résultat la perte d'informations ou de temps

     

    18,0%

    Aucune crainte d'attraper un virus ou toute autre infection sur son ordinateur (ver, cheval de Troie...) ayant pour résultat la perte d'informations ou de temps

     

    8,0%

    Problèmes liés à la sécurité rencontrés sur Internet utilisé à des fins personnelles durant les 12 derniers mois.

    2010

     

    Propagation d'un virus ou autre infection informatique (par exemple, un ver ou un cheval de Troie...), ayant pour résultat la perte d'informations ou de temps

     

    28,0%

    Perte financière due à des messages reçus frauduleux ("phishing") ou à une redirection vers des faux sites web demandant des renseignements personnels ("pharming")

     

    5,0%

    Activités non réalisées par Internet à cause d'inquiétudes liées à la sécurité

    2010

     

    % de personnes ne passant pas de commandes d'articles ou de services à usage personnel du fait d'inquiétudes liées à la sécurité

     

    15,0%

    % de personnes ne communiquant pas avec les services ou administrations du fait d'inquiétudes liées à la sécurité

     

    8,0%

    Utilisation et mise à jour de logiciels informatiques de sécurité ou d'outils pour la protection de son ordinateur  et de ses données

    2010

     

    % de personnes utilisant un logiciel de sécurité ou des outils (anti-virus, anti-spam, pare-feu, etc.) pour protéger leur ordinateur et leur données personnels

     

    42,0%

    % de personnes n'utilisant pas de logiciel de sécurité ni d'outils (anti-virus, anti-spam, pare-feu, etc.) pour protéger leur ordinateur et leur données personnels

     

    8,0%

    % de personnes ne sachant pas si elles disposent d'un logiciel de sécurité ou des outils (anti-virus, anti-spam, pare-feu, etc.) pour protéger leur ordinateur et leur données personnels

     

    9,0%

    Fréquence des copies ou fichiers de sauvegarde de l'ordinateur sur un périphérique de stockage externe, quel qu'il soit

    2010

     

    Fréquence des copies/fichiers de sauvegarde : toujours ou presque  toujours

     

    10,0%

    Fréquence des copies/fichiers de sauvegarde : jamais ou quasiment jamais

     

    20,0%

    Evaluation des compétences informatiques et internet des auxiliaires de vie dans ce pays

    La situation est différente selon l'âge et le groupe cible des auxiliaires de vie. Les auxiliaires de vie les plus jeunes - les moins de 35 ans - ont un niveau de compétences numériques moyen (équivalent à celui des utilisateurs d'un ordinateur expérimentés) alors que les auxiliaires de vie plus âgés - les plus de 35 ans - ont en général très peu de connaissances numériques voire aucune. La plupart des auxiliaires de vie appartiennent au deuxième groupe cible.